2 sept. 2009

Les Harkis, Marie-George, Nicolas et les autres

Toujours en ce moment à Paris...
.


Les Harkis, Marie-George,

Nicolas et les autres


.
.
.
par
.
Alexandre Gerbi
.




Après le printemps vint l’été, et maintenant la rentrée. En attendant l’automne, Zohra Benguerrah, Abdallah Krouk et Hamid Gouraï continuent d’assiéger l’Assemblée nationale. Au compteur : déjà quatre mois d’épreuves, dans un black-out médiatique quasi-total.

Rappel des faits.

31 mars 2007. Avide de voix, le candidat Sarkozy s’engage à reconnaître, en cas de victoire, les éminentes responsabilités de l’Etat français dans l’interminable tragédie des Harkis : serments trahis, interdiction de rapatriement, désarmement, abandon, massacre, puis aliénation des rescapés dans des camps, enfin mépris et calomnie…

Deux ans plus tard, l’heureux élu n’a pas tenu ses engagements. Alors le 5 mai 2009, trois « assiégeurs » débarquent au Palais Bourbon. En guise de réponse, l’Elysée se claquemure dans le silence.

Zohra, Abdallah et Hamid vivent chaque jour supplémentaire passé sur le trottoir comme une nouvelle injure du pouvoir sarkozyen. A la mi-juin, ils se voulaient confiants. Ils accusent aujourd’hui le chef de l’Etat de cynisme et de duplicité.

« Chorba » pour Claude Guéant

Selon eux, le blocage vient d’abord de l’entourage présidentiel. En particulier du secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant. Place Edouard Herriot, sur l’une de leurs pancartes, on découvre la lettre qu’ils lui ont envoyée, le 18 août. Reprenant un article du Canard enchaîné (12/08/2009) relatant une obscure affaire de piston au profit du fils de M. Guéant, les assiégeurs ironisent sur le règne des petites combines, ceux à qui elles profitent, et les autres, dont ils font partie… Beaux joueurs, ils invitent néanmoins Claude Guéant à une « chorba pour TOUS ». L’homme n’est pas encore venu déguster la succulente soupe algérienne…

Qu’on se le dise : Zohra, Abdallah et Hamid ont décidé de rendre coup pour coup.

Ainsi le décret d’application signé par François Fillon, le 5 juin 2009, qui prévoit notamment des emplois réservés pour les fils et filles de Harkis. A l’aune de l’autisme élyséen, ledit décret, survenu un mois jour pour jour après le début de leur action, leur apparaît désormais comme un évident contre-feu, une énième gamelle jetée au visage de la communauté harkie. Dénonçant la diversion et l’imposture, ils attaquent donc le Premier ministre, ainsi que plusieurs membres de son gouvernement, devant la Cour de Justice de la République (CJR)…

Mieux encore, à leurs yeux, l’hôte de l’Elysée, avec deux ans et demi de recul, est l’auteur d’un mensonge électoraliste. Férus de droit, nos trois compères ont donc déposé plainte contre le simple citoyen Sarkozy (pas encore président au moment des faits…) devant le Tribunal de grande instance de Paris. Arrêt « Breisacher » à l’appui, afin de faire suspendre la prescription pénale.

S’il n’est pas réélu en 2012, Nicolas Sarkozy pourrait donc être mis en examen. Du moins très théoriquement…

Le monde merveilleux de Nicolas Sarkozy

Heureusement, ces fâcheux procès n’auront pas lieu, car nous vivons dans un monde merveilleux. Le blancisme, sa morgue et ses méthodes, sont révolus. Le capitalisme rapace, le néocolonialisme sont abolis, comme d’ailleurs le mensonge. Voici l’époque de la Vérité mise à nu, telle que promise sur tous les tons par Nicolas Sarkozy.

Par conséquent, si le vertueux Sarko se tait, c’est qu’il attend que le fruit soit mûr. Il a planté des graines dans un terrain historique follement fertile, plein de lisiers azotés et autres excréments enrichis, et il attend patiemment que ça pousse…

Et apparemment ça pousse, justement…

Il y a deux mois, nous ricanions bêtement en imaginant la coalition anti-sarkozyenne que pourrait susciter un coming-out présidentiel, touchant au désastre harki et à son corollaire géant : le largage de l’Afrique en général, de l’Algérie en particulier, il y a bientôt un demi-siècle, par l’Etat français…

Nous pointions l’usage que pourrait en faire contre lui la gauche, jamais lasse d’hypocrisie sur le sujet, à l’heure où approche à grands pas le cinquantenaire des « indépendances » africaines…

Le coup de théâtre épistolaire de Marie-George

Or courant juillet, coup de théâtre. Relayée par le MRAP, une lettre de soutien signée Marie-George Buffet, datée du 26 juin 2009, arrive dans les mains des assiégeurs. On y lit :

« (…) la nation doit réparation aux harkis ; la France a été très longue à reconnaître les préjudices qu’ils ont subis. Après avoir entraîné les harkis dans la tourmente d’une guerre fratricide et bien souvent jusqu’au point de non-retour, les gouvernements français de l’époque n’ont pas tenu leurs engagements à leur égard. La plupart ont été abandonnés à leur sort sur place et ceux qui purent gagner la France se retrouvèrent avec leurs familles dans des situations dramatiques, misérables, d’exclusion et de mépris. »

Pour qui connaît les arcanes idéologiques du PCF, son catéchisme, ses tabous, ses blocages, voilà qui décoiffe un tantinet…

Sans doute serait-il naïf d’en conclure qu’une nouvelle déstalinisation s’amorce, qui conduira à l’expiation des alliances objectives, des collusions tragiques que les Communistes entretinrent avec le projet gaullien de largage de l’Afrique…

Au demeurant, si par extraordinaire le Colonel-Fabien voulait engager un tel mea culpa, nécessaire autant que révolutionnaire, le ralliement à la cause harkie constituerait, à l’évidence, une étape primordiale. Or c’est désormais chose faite, qui l’eût cru, sous la plume de Mme Buffet elle-même…

On ne saurait trop espérer qu’à l’exemple de la secrétaire nationale du PCF, la gauche tout entière s’attèle à cette cause immense qui la concerne si cruellement. Car alors l’archange de la Probité nommé Sarkozy pourra enfin accomplir son impossible dessein : démasquer le de Gaulle des années 1958-62, et désavouer solennellement ses criminelles manigances. Sans craindre outre mesure, grâce au puissant appui du camp d’en face, l’ire des gaullistes « orthodoxes » médusés, isolés et marginalisés.

Mais hormis, semble-t-il, le PCF, la gauche française a-t-elle encore un cerveau et une once de dignité ? Faute d’avoir un cœur à la place du portefeuille, ou un idéal plutôt qu’un nombril…


Alexandre Gerbi




Libellés : , , , , , , , , , , ,

1 Comments:

At 3/10/09 17:03, Blogger andre said...

Objet: 2 sept. 2009. Les Harkis, Marie-George, Nicolas et les autres

Monsieur,

La globalité de votre intervention du, 02 septembre 2009, intitulé « Les Harkis, Marie-George, Nicolas et les autres » est d'une lucidité quasi parfaite s'il n'y avait quelque confusion a propos du paragraphe: «Le coup de théâtre épistolaire de Marie-George»,

La famille GOURAÏ est pour moi, qui les connais très bien, la nature même de l'injustice. Nationale, locale, judiciaire, etc.

Voyant leur mouvement de protestation s'enliser, j'ai donc, le 17 juin 2009, adressé un courrier à Madame le Député PCF, Marie-George BUFFET.
Mais aussi aux députés suivant:
William DUMAS, (Soc. Gard)
Kléber MESQUIDA, (Soc. Hérault)
Jean Pierre GRAND (UMP. Hérault)
Michel VAXES (Soc. Bouches du Rhône)

Madame BUFFET m'a effectivement répondu le 26 juillet 2009. Courrier que j'ai donc transmis aux époux GOURAÏ.

Cher ami, que le PCF soit, a été... ce que vous définissez «les arcanes», en cela chacun pense comme il veut. Moi cela ne me décoiffe pas: j'ai les cheveux coupés en brosse.

Pour ce qui est du «largage de l'Afrique»..., il se peut, mais les cocos d'avant ou d'après, seraient-ils les seuls responsables, les seuls à faire leurs mea culpa? Bof! Pour le moment ce n'est pas le «largage de l'Afrique» qui fait débat. Mais le largage des harkis. Ceux défendant leur dignité devant l'Assemblé Nationale et cela depuis cinq mois. Et puis tous les autres.

Toujours est-il, que, seule Madame Buffet a pris la peine de me répondre assez rapidement.
Aussi me suis-je permis de relancer les quatre autres députés. (2juillet 2009)
Dans un courrier en date du, 11 septembre 2009, Monsieur le Députe William DUMAS, me fait savoir qu'il est intervenu par la procédure des questions écrites. Attendons de voir quel sera la nature de la réponse.

«Or courant juillet, coup de théâtre. Relayée par le MRAP,...» Ecrivez-vous.
Or rendons à César... C'est bien le comité régional du MRAP de MONTPELLIER qui est à l'origine de cette lettre de soutien, produite par Mme le Députée M-G BUFFET.

Restant à votre entière disposition pour vous fournir plus amples renseignements ou photocopies, veuillez recevoir, Monsieur, mes salutations antiracistes.

Mes amitiés aux époux

André Génissieux, secrétaire Régional du MRAP de MONTPELLIER, Coco de base à l'occasion.

Andre.genissieux@orange.fr

 

Enregistrer un commentaire

<< Home