29 juin 2014

Liesse « algérienne » en France : la mécanique du drapeau


en attendant Algérie-Allemagne... 






Liesse « algérienne » en France :


la mécanique du drapeau




par

Alexandre Gerbi




Après les victoires de l'Algérie au Mondial, la foule "algérienne" qui s'égaie dans la rue française présente une étrange caractéristique : le drapeau tricolore y brille par son absence. Et si ce drapeau était le premier des remèdes qu'il faudrait d'urgence opposer à un mal abyssalement grave ?


Dans un monde qui serait tout ruisselant de lait et de miel, les supporteurs "algériens", innombrables dans les rues de France ce soir, brandiraient aussi des drapeaux français...

Pour au moins deux raisons.

D'abord parce que l'équipe d'Algérie qui gagne est composée aux trois quarts de Français, nés en France, formés en France et de nationalité française.

 Ensuite parce que les supporteurs en question, de Roubaix à Marseille en passant par Lyon, sont dans leur écrasante majorité... Français !

J'ajouterai une troisième raison.

Pour ne pas inciter à interpréter ces manifestations de joie comme un écho aux sifflets contre La Marseillaise il y a quelques années, lors des rencontres France-Algérie, pour ne citer qu'un exemple parmi tant d'autres des expressions de l'antagonisme France-Algérie (confinant trop souvent au rejet, à la détestation et à la haine) cultivé par certains ("nique la France")...

Or justement, je ne vois, dans les foules en liesse et parfois agressives, pas le moindre drapeau français. Triste voire effrayant constat...

On attend toujours qu'un homme politique français responsable (oxymore ?) ait l'idée de souligner la chose et d'avancer ces arguments, afin d'inciter les supporteurs "algériens", au moins dans les villes de France (la chose étant inenvisageable dans les villes d'Algérie car passible, jusqu'à preuve du contraire, de prison là-bas...), à brandir aussi des drapeaux français si d'aventure l'équipe d'Algérie devait l'emporter face à l'Allemagne au second tour...

Mais je sais que je rêve, sous ce Système complètement vermoulu, j'ai failli dire pourri, qui semble tout mettre en oeuvre, depuis au moins cinquante ans, pour que notre pays, et partant une grande partie du monde, se disloque.

Alexandre Gerbi